Thanks to Jen-Hsun best decade AI collection- 7000 cases improving peoples communal computation, data & brains - year 74 of Neumann & Economist briefings- : last 100 days of Unsummitfuture.com. AI we LOVE OR FEAR
Fear Media Fake AI Love AIearth2 AI & Green Ag AIDoubt General AI exists
LOVE HEALTH AI

 AHealthI - all 3 of VeryGoodAI.com most massive engineering connectors love health ai ( Jensen Huang, Demis Hassabis, Fei-Fei Li); biggest leap yet is billion man years work which Hassabis AI 250 million proteins database Alphafold2 Jewel in Crown of King Charles AI summit Cambridge/London/Mountain View _ some in silico links Hassabis-UK - Isomorrhic Labs; Huang Recursion/Siemens Healthineers; genentech; Valley AI women Daphne Koller & Priscilla Chan CZI, .. Melinda Gates, Nobel Jennifer Doudna - more at Economistwomen.com & 1

Thursday, September 29, 2022

latest gutrerres future brief oct 4, 2023

 

4 October 2023

Secretary-General's remarks to the General Assembly consultation on our Common Agenda [bilingual, as delivered; scroll down for all-English and all-French]

The bilingual, as delivered, is below.  Scroll down for all-English and all-French. 

Mr. President of the General Assembly, Excellencies, ladies and gentlemen,

We have just emerged from the High-Level week of the 78th General Assembly.

Global leaders attended not only the main session, but the SDG Summit, the Climate Ambition Summit, and dozens of other events.

I personally held 141 bilateral meetings.

Throughout the week, I listened to the soundtrack of the state of our world.

And despite the extraordinary challenges we face, I was encouraged.

Without exception, leaders spoke of the importance of multilateral solutions.

But leader after leader told me that our current multilateral institutions are not delivering – and called for reforms.

There was strong criticism of the mismatch between the institutions of global governance, and the economic and political realities of our world.

There was deep concern about the state of the planet and the climate we are leaving to young people and future generations.

And [there were] repeated calls for new guidelines and guardrails for new technologies.  

In short, the common themes that emerged from High-Level week are the themes of Our Common Agenda.

Since my report two years ago, Member States have discussed, debated, and refined these ideas more than 50 times.

I thank the co-facilitators, and particularly Germany and Namibia, for their successful efforts to bring us to this point.

I welcome the important steps you have all taken together, to guide the recommendations from the pages of the report towards implementation at the global level.

The General Assembly’s definition of the scope of the Summit of the Future sets the scene for the meaningful and important decisions ahead.

I am encouraged that the SDG Summit Declaration welcomes the Summit of the Future as an important opportunity to accelerate implementation of the 2030 Agenda.
 
The proposals and ideas in Our Common Agenda are bridges across the aspiration gap; between the world as it is, and the world as we know it can be.

The world set out in the UN Charter, the 2030 Agenda for Sustainable Development, the Paris Agreement, and the Universal Declaration of Human Rights.

Excellences,

Certaines des grandes propositions formulées dans Notre programme commun, notamment le Nouvel Agenda pour la paix, la réforme de l’architecture financière internationale et le Pacte numérique mondial, seront examinées l’an prochain lors du Sommet de l’avenir.

La réunion ministérielle qui s'est tenue pendant la Semaine de haut niveau a montré que les États membres sont très engagés sur ces questions. C'est de bon augure pour la prise de décisions significatives lors du sommet.

De nombreuses idées sont déjà mises en œuvre par le système des Nations Unies dans le cadre des mandats existants, en collaboration avec les États Membres et les partenaires.

Ces idées sont regroupées sous quatre rubriques principales ; des informations complémentaires sur chacune d’entre elles seront communiquées dans le compte rendu écrit.

Premièrement, Notre Programme commun appelle à un renouvellement du contrat social – ancré dans les droits humains et fondé sur le Programme 2030 et les Objectifs de développement durable.

Ça relève essentiellement de l’action des gouvernements dans chaque pays mais nous sommes prêts et nous aidons les gouvernements à renforcer le contrat social et à rétablir la confiance grâce à l’action que nous menons pour accroître les capacités du secteur public ; pour créer des emplois décents dans les économies verte et numérique ; pour éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles ; et développer les infrastructures numériques communes – et plus encore.

Nous mettons également à la disposition des États Membres des outils pratiques pour les aider à promouvoir les droits humains et à mettre en place des institutions solides et résilientes.

Les initiatives à fort impact présentées lors du Sommet sur les ODD nous permettront d’intensifier nos activités en ce sens.

Deuxièmement, Notre Programme commun reconnait nos responsabilités à l’égard des jeunes et des générations futures, qui bénéficieront – ou souffriront – des politiques et des décisions d’aujourd’hui.

Ces deux dernières années, nous avons vu des jeunes du monde entier prendre les choses en main – qu’il s’agisse de jeunes filles qui refusent d’accepter leur exclusion de l’école ou d’étudiants qui intentent des actions en justice pour protéger notre climat et notre planète.

Nous comptons mettre à profit cette énergie et cette créativité grâce au nouveau Bureau des Nations Unies pour la jeunesse, qui devrait être opérationnel et doté d’effectifs complets d’ici la fin de l’année.

J’espère que, d’ici un an, la gouvernance mondiale sera plus à l’écoute des aspirations de ces deux groupes importants et qu’elle assumera davantage ses responsabilités à leur égard.

Troisièmement, Notre Programme commun a mis l’accent sur la nécessité de transformer les mécanismes de gouvernance mondiale pour qu’ils répondent aux besoins du monde d’aujourd’hui.

De l’Assemblée générale au Conseil de sécurité, en passant par la Commission de consolidation de la paix, nous voyons les signes d’une nouvelle dynamique en faveur d’une prise de décision intergouvernementale adaptée aux réalités actuelles.
 
Des discussions sont en cours sur le renforcement de la gouvernance mondiale dans des domaines de la santé, l’environnement, l’espace extra-atmosphérique et la coopération numérique.
 
Nos propositions pour une réforme en profondeur de l’architecture financière mondiale gagnent du terrain, de Bridgetown à Paris en passant par New Delhi et par le Sommet des ODD.

Nous entendons faire avancer ces idées lors des réunions à Marrakech, à la COP28, ainsi naturellement au Sommet de l’avenir.

Excellencies,

Finally, within the UN system, we are taking important steps to transform how we work.

My policy brief on UN 2.0 sets out our plans to update our culture and skills across five areas – the quintet of change.   

Last month, I launched a new Scientific Advisory Board, connecting many of the world’s most eminent scientists and their networks with UN leaders.

The UN Futures Lab will leverage long-term foresight across the system.

We are also increasing engagement with other important stakeholders, from civil society to parliamentarians and the private sector.

As part of these efforts, I will launch my Advisory Board on Local and Regional Governments in the coming days.

I will also appoint a High-Level Advisory Body on Artificial Intelligence later this month, to provide recommendations on governance by the end of the year.

Excellencies,

The world has changed in the two years since the report was issued.

Today’s update shows that the international community has also changed.

Despite deep divisions, we have made progress.

Recent decisions and discussions show a sense of common purpose around Our Common Agenda.

The next year of preparations for the Summit of the Future will be critical.

The co-facilitators of the Summit, to be appointed by the President of the General Assembly, will have my full support and the full support of the Secretariat.

Let me be clear.  The decisions that emerge at the Summit will be taken through an intergovernmental process, but of course, the United Nations system will be fully mobilized throughout the year to provide support.

We will also work to activate civil society, the private sector and the general public to provide inputs into this once-in-a-generation Summit.  

The series of policy briefs on the proposals of Our Common Agenda, and the report of the High-Level Advisory Board on Effective Multilateralism, are already at your disposal.

Our preparations, activities and advocacy around the SDG Summit provide a successful model for our engagement around the Summit of the Future.   

Excellencies,

Together, we have already taken significant steps towards the inclusive, effective, networked multilateralism that our circumstances demand.

I thank every government and leader that has played a part, and count on your continued strong engagement and support.

Thank you.

******
[all-English]

Mr. President of the General Assembly, Excellencies, ladies and gentlemen,

We have just emerged from the High-Level week of the 78th General Assembly.

Global leaders attended not only the main session, but the SDG Summit, the Climate Ambition Summit, and dozens of other events.

I personally held 141 bilateral meetings.

Throughout the week, I listened to the soundtrack of the state of our world.

And despite the extraordinary challenges we face, I was encouraged.

Without exception, leaders spoke of the importance of multilateral solutions.

But leader after leader told me that our current multilateral institutions are not delivering – and called for reforms.

There was strong criticism of the mismatch between the institutions of global governance, and the economic and political realities of our world.

There was deep concern about the state of the planet and the climate we are leaving to young people and future generations.

And [there were] repeated calls for new guidelines and guardrails for new technologies.  

In short, the common themes that emerged from High-Level week are the themes of Our Common Agenda.

Since my report two years ago, Member States have discussed, debated, and refined these ideas more than 50 times.

I thank the co-facilitators, and particularly Germany and Namibia, for their successful efforts to bring us to this point.

I welcome the important steps you have all taken together, to guide the recommendations from the pages of the report towards implementation at the global level.

The General Assembly’s definition of the scope of the Summit of the Future sets the scene for the meaningful and important decisions ahead.

I am encouraged that the SDG Summit Declaration welcomes the Summit of the Future as an important opportunity to accelerate implementation of the 2030 Agenda.
 
The proposals and ideas in Our Common Agenda are bridges across the aspiration gap; between the world as it is, and the world as we know it can be.

The world set out in the UN Charter, the 2030 Agenda for Sustainable Development, the Paris Agreement, and the Universal Declaration of Human Rights.

Excellencies,

Some of the major proposals set out in Our Common Agenda will be taken up at the Summit of the Future next year, including the New Agenda for Peace, reform of the global financial architecture, and the Global Digital Compact. 

The Ministerial Meeting during High-Level week showed that Member States are highly engaged around these issues. This bodes well for meaningful decisions at the Summit. 

Many ideas fall under existing mandates and are already being implemented by the United Nations system with Member States and partners. 

These come under four main headings, and you will find more details on each area in the written update.

First, Our Common Agenda calls for a renewal of the social contract, anchored in human rights and based on the 2030 Agenda and the SDGs.

This is essentially the action of governments in each country, but we are ready and we are helping governments to strengthen the social contract and restore trust through the action we are taking to increase the capacity of the public sector; to create decent jobs in the green and digital economies; to eliminate violence against women and girls; and develop common digital infrastructures – and more.

We are also providing practical tools to support Member States’ efforts to promote human rights and build strong and resilient institutions.

The high-impact initiatives set out at the SDG Summit will enable us to step up our activities. 

Second, Our Common Agenda recognized our responsibilities to the young people and future generations who stand to benefit – or suffer – from today’s policies and decisions. 

In the past two years, we have seen young people around the world step into their power – from girls who refuse to accept their banishment from school, to students taking legal action to protect our climate and our planet.

We intend to harness this energy and creativity through our new Youth Office, which should be fully staffed and operational by the end of this year.
 
I hope that by this time next year, global governance will be more attuned and accountable to these two important groups. 

Third, Our Common Agenda emphasized the need to transform the mechanisms of global governance so that they meet today’s needs.

There are signs of new momentum for adapting intergovernmental decision-making to today’s realities, from the General Assembly to the Security Council and the Peacebuilding Commission.
 
Discussions are underway on strengthening global governance in areas including health, the environment, outer space and digital cooperation.
 
Our proposals for deep reforms to the international financial architecture are gaining traction from Bridgetown to Paris and New Delhi and by the SDG Summit. 

We intend to take these ideas forward at the meetings in Marrakech, at COP28, and at the Summit of the Future.

Excellencies,

Finally, within the UN system, we are taking important steps to transform how we work.

My policy brief on UN 2.0 sets out our plans to update our culture and skills across five areas – the quintet of change.  

Last month, I launched a new Scientific Advisory Board, connecting many of the world’s most eminent scientists and their networks with UN leaders.

The UN Futures Lab will leverage long-term foresight across the system.

We are also increasing engagement with other important stakeholders, from civil society to parliamentarians and the private sector.

As part of these efforts, I will launch my Advisory Board on Local and Regional Governments in the coming days.

I will also appoint a High-Level Advisory Body on Artificial Intelligence later this month, to provide recommendations on governance by the end of the year.

Excellencies,

The world has changed in the two years since the report was issued.

Today’s update shows that the international community has also changed.

Despite deep divisions, we have made progress.

Recent decisions and discussions show a sense of common purpose around Our Common Agenda.

The next year of preparations for the Summit of the Future will be critical.

The co-facilitators of the Summit, to be appointed by the President of the General Assembly, will have my full support and the full support of the Secretariat.

Let me be clear.  The decisions that emerge at the Summit will be taken through an intergovernmental process, but of course, the United Nations system will be fully mobilized throughout the year to provide support.

We will also work to activate civil society, the private sector and the general public to provide inputs into this once-in-a-generation Summit. 

The series of policy briefs on the proposals of Our Common Agenda, and the report of the High-Level Advisory Board on Effective Multilateralism, are already at your disposal.

Our preparations, activities and advocacy around the SDG Summit provide a successful model for our engagement around the Summit of the Future.  

Excellencies,

Together, we have already taken significant steps towards the inclusive, effective, networked multilateralism that our circumstances demand.

I thank every government and leader that has played a part, and count on your continued strong engagement and support.

Thank you.

******
[all-French]

Mesdames, Messieurs, chers collègues et amis,

Nous sortons tout juste de la semaine de haut niveau de la soixante-dix-huitième session de l’Assemblée générale.

Les dirigeants mondiaux ont pris part au Sommet sur les objectifs de développement durable, au Sommet Ambition Climat et à des dizaines d’autres manifestations.

J’ai personnellement tenu 141 réunions bilatérales.

Tout au long de la semaine, j’ai écouté la bande-son de l’état de notre monde.

Et malgré les défis extraordinaires auxquels nous devons faire face, j’ai trouvé ce que j’entendais encourageant.

Tous les dirigeants, sans exception, ont souligné l’importance que revêtaient les solutions multilatérales.

Mais tous m’ont dit, les uns après les autres, que nos institutions multilatérales actuelles n’étaient pas à la hauteur et qu’ils souhaitaient que des réformes soient adoptées.

Nombreuses ont été les critiques formulées contre l’inadéquation entre les institutions de la gouvernance mondiale et les réalités économiques et politiques de notre monde.

L’état de la planète et le climat que nous laissons aux jeunes et aux générations futures suscitent de vives inquiétudes.

Des appels répétés ont été lancés en faveur de directives et de garde-fous supplémentaires face aux nouvelles technologies.

En somme, les thèmes qui sont ressortis des débats de la semaine de haut niveau sont les thèmes de Notre Programme commun.

Depuis que j’ai présenté mon rapport, il y a deux ans, les États Membres ont examiné, débattu et continué d’affiner ces idées plus de 50 fois.

Je remercie les cofacilitateurs, et en particulier l’Allemagne et la Namibie, des efforts fructueux qu’ils ont déployés pour nous permettre d’en arriver là.

Je me félicite des mesures importantes que vous avez prises tous ensemble pour que les recommandations figurant dans le rapport puissent prendre corps concrètement à l’échelle mondiale.

À présent que l’Assemblée générale a défini la portée du Sommet de l’avenir, nous disposons du cadre qui présidera aux décisions significatives et importantes qui nous attendent.

Dans la déclaration issue du Sommet sur les objectifs de développement durable, les parties prenantes ont estimé que le Sommet de l’avenir était une occasion importante d’accélérer la mise en œuvre du Programme 2030 ; c’est encourageant.

Les propositions et les idées présentées dans Notre Programme commun sont autant de passerelles qui nous aideront à franchir le fossé entre le monde tel qu’il est et le monde tel qu’il pourrait être :

Autrement dit, le monde tel que l’envisagent la Charte des Nations Unies, le Programme de développement durable à l’horizon 2030, l’Accord de Paris et la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Excellences,

Certaines des grandes propositions formulées dans Notre programme commun, notamment le Nouvel Agenda pour la paix, la réforme de l’architecture financière internationale et le Pacte numérique mondial, seront examinées l’an prochain lors du Sommet de l’avenir.

La réunion ministérielle qui s'est tenue pendant la Semaine de haut niveau a montré que les États membres sont très engagés sur ces questions. C'est de bon augure pour la prise de décisions significatives lors du sommet.

De nombreuses idées sont déjà mises en œuvre par le système des Nations Unies dans le cadre des mandats existants, en collaboration avec les États Membres et les partenaires.

Ces idées sont regroupées sous quatre rubriques principales ; des informations complémentaires sur chacune d’entre elles seront communiquées dans le compte rendu écrit.

Premièrement, Notre Programme commun appelle à un renouvellement du contrat social – ancré dans les droits humains et fondé sur le Programme 2030 et les Objectifs de développement durable.

Ça relève essentiellement de l’action des gouvernements dans chaque pays mais nous sommes prêts et nous aidons les gouvernements à renforcer le contrat social et à rétablir la confiance grâce à l’action que nous menons pour accroître les capacités du secteur public ; pour créer des emplois décents dans les économies verte et numérique ; pour éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles ; et développer les infrastructures numériques communes – et plus encore.

Nous mettons également à la disposition des États Membres des outils pratiques pour les aider à promouvoir les droits humains et à mettre en place des institutions solides et résilientes.

Les initiatives à fort impact présentées lors du Sommet sur les ODD nous permettront d’intensifier nos activités en ce sens.

Deuxièmement, Notre Programme commun reconnait nos responsabilités à l’égard des jeunes et des générations futures, qui bénéficieront – ou souffriront – des politiques et des décisions d’aujourd’hui.

Ces deux dernières années, nous avons vu des jeunes du monde entier prendre les choses en main – qu’il s’agisse de jeunes filles qui refusent d’accepter leur exclusion de l’école ou d’étudiants qui intentent des actions en justice pour protéger notre climat et notre planète.

Nous comptons mettre à profit cette énergie et cette créativité grâce au nouveau Bureau des Nations Unies pour la jeunesse, qui devrait être opérationnel et doté d’effectifs complets d’ici la fin de l’année.

J’espère que, d’ici un an, la gouvernance mondiale sera plus à l’écoute des aspirations de ces deux groupes importants et qu’elle assumera davantage ses responsabilités à leur égard.

Troisièmement, Notre Programme commun a mis l’accent sur la nécessité de transformer les mécanismes de gouvernance mondiale pour qu’ils répondent aux besoins du monde d’aujourd’hui.

De l’Assemblée générale au Conseil de sécurité, en passant par la Commission de consolidation de la paix, nous voyons les signes d’une nouvelle dynamique en faveur d’une prise de décision intergouvernementale adaptée aux réalités actuelles.
 
Des discussions sont en cours sur le renforcement de la gouvernance mondiale dans des domaines de la santé, l’environnement, l’espace extra-atmosphérique et la coopération numérique.
 
Nos propositions pour une réforme en profondeur de l’architecture financière mondiale gagnent du terrain, de Bridgetown à Paris en passant par New Delhi et par le Sommet des ODD.

Nous entendons faire avancer ces idées lors des réunions à Marrakech, à la COP28, ainsi naturellement au Sommet de l’avenir.

Mesdames et Messieurs,

Enfin, nous prenons des mesures importantes, au sein du système des Nations Unies, pour transformer nos méthodes de travail.

Ma note d’orientation sur l’ONU 2.0 présente les projets visant à actualiser notre culture institutionnelle et nos compétences dans cinq domaines, qui sont les cinq axes de changement.

Le mois dernier, j’ai mis sur pied un nouveau conseil scientifique consultatif, qui met en relation nombre des plus éminents scientifiques du monde et leurs réseaux avec les dirigeants des Nations Unies.

Le Laboratoire pour l’avenir vise à mettre à contribution la prospective à long terme dans l’ensemble du système.

Nous renforçons également notre collaboration avec d’autres parties prenantes importantes, des membres de la société civile aux parlementaires en passant par les représentants du secteur privé.

Dans le cadre de ces efforts, je donnerai, dans les prochains jours, le coup d’envoi des travaux de mon conseil consultatif sur les autorités locales et régionales.

Je créerai également, dans le courant du mois, un organe consultatif de haut niveau sur l’intelligence artificielle, qui sera chargé de formuler des recommandations sur la gouvernance d’ici à la fin de l’année.

Mesdames et Messieurs,

Le monde a changé au cours des deux années qui se sont écoulées depuis la publication de mon rapport.

Le point que nous faisons aujourd’hui montre que la communauté internationale a également changé.

En dépit de divisions profondes, nous avons progressé.

Il se dégage des décisions et des discussions récentes le sentiment d’une communauté d’ambitions autour de Notre Programme commun.

La prochaine année de préparation du Sommet de l’avenir sera d’une importance cruciale.

Les cofacilitateurs du Sommet, qui seront nommés par le Président de l’Assemblée générale, pourront compter sur tout mon soutien.

Les décisions qui seront prises au Sommet seront le fruit d’un processus intergouvernemental.

Le système des Nations Unies sera pleinement mobilisé tout au long de l’année pour apporter son concours à cette entreprise.

Nous nous emploierons également à amener la société civile, le secteur privé et le grand public à apporter leur contribution à ce Sommet en tous points inédit.

La série de notes d’orientation relatives aux propositions figurant dans Notre Programme commun et le rapport du Conseil consultatif de haut niveau pour un multilatéralisme efficace sont d’ores et déjà à votre disposition.

Les préparatifs, les activités et les campagnes de sensibilisation que nous avons menés pour le Sommet sur les objectifs de développement durable sont un modèle à suivre pour notre action commune dans le cadre du Sommet de l’avenir.

Mesdames et Messieurs,

Ensemble, nous avons déjà pris des mesures concluantes sur la voie du multilatéralisme en réseau, inclusif et efficace qu’exigent les circonstances actuelles.

Je remercie tous les gouvernements et les dirigeants qui ont apporté leur pierre à cet édifice, et je compte sur votre participation et votre soutien continus.

Je vous remercie.

 

No comments:

Post a Comment